Extrait : « Les mises à pied importantes ou les fermetures d’entreprise devront être étudiées et approuvées ou refusée [sic] par une instance gouvernementale, afin de s’assurer que l’entreprise assume ses responsabilités sociales et environnementales.
En cas de fermeture dans le cadre d’une délocalisation d’entreprise, Québec solidaire entend reconnaître le droit aux employé-es de reconvertir l’entreprise en coopérative, le tout sans indemnisation à l’employeur. »

Source : Pour une économie solidaire, écologique et démocratique

Discutez-en et partagez massivement avec ceux et celles qui, d’après vous, devraient mieux connaître le programme de QS. Répondez ensuite aux questions ci-dessous pour (rêver de) gagner le prix annoncé entre parenthèses.

Question (cours de comptabilité) : En cas de blocage de la fermeture d’une entreprise par le gouvernement, celui-ci s’engage-t-il à la racheter? Sinon :
a) comment QS pense-t-il que le propriétaire puisse vendre une entreprise qu’il a auparavant voulu fermer? Comment un propriétaire peut-il, en quelque sorte, « prendre sa retraite » de l’entreprise s’il ne trouve pas d’acquéreur?
b) si l’entreprise fonctionne à perte, son propriétaire doit-il la conserver jusqu’à la ruine parce qu’il ne peut pas la fermer?

Question (cours de gestion) : Si le gouvernement refuse des mises à pied ou la fermeture de succursales non rentables, s’engage-t-il à racheter ces succursales ou à prendre en charge les salaires et les avantages sociaux des employés dont la mise à pied était prévue? Sinon :
a) le gouvernement s’engage-t-il à reprendre les entreprises en faillite?
b) pourquoi QS pense-t-il que des entrepreneurs vont prendre le risque d’ouvrir des succursales ou d’embaucher de la main-d’œuvre supplémentaire s’il ne peut pas procéder à des fermetures ou à des mises à pied en cas d’insuccès?

Question (cours de droit) : Si une entreprise est convertie en coopérative par ses employés sans indemnisation à l’employeur, les employés devront-ils lui racheter les immobilisations (bâtiments, équipement, fournitures)? Dans le cas contraire, peut-on parler d’expropriation?

Question (test de réalité) : quels sont les critères appliqués par « l’instance gouvernementale » pour déterminer si une fermeture ou des mises à pied sont acceptables ou non? Comment le critère d’« importance » sera-t-il déterminé? (Indice : la réponse ne se trouve nulle part dans le programme.)

Advertisements