Extrait : « À travers la politique de plein emploi proposée par Québec solidaire, un revenu minimum sera assuré pour le plus grand nombre. Pour toute personne sans emploi, ou à revenu insuffisant, l’État assurera un revenu minimum garanti et inconditionnel versé sur une base individuelle à partir de 18 ans. Ce revenu pourrait être complémentaire à un revenu de travail ou à un autre soutien du revenu lorsque celui-ci est inférieur au seuil établi. »

Source :          Les services publics dans un Québec solidaire

Discutez-en et partagez massivement avec ceux et celles qui, d’après vous, devraient mieux connaître le programme de QS. Répondez ensuite aux questions ci-dessous pour (rêver de) gagner le prix annoncé entre parenthèses.

Question (cours de fiscalité) : Puisque le revenu minimum garanti peut être complémentaire à un revenu du travail, quelle est la différence entre cette mesure proposée et le programme de prime au travail en vigueur au Québec depuis 2005?

Question (cours d’économie ménagère) : Puisque le revenu minimum garanti peut être complémentaire à un revenu du travail, doit-on en conclure que soit le salaire minimum (que Québec solidaire veut fixer à 50% au-dessus du seuil de la pauvreté), soit le revenu minimum garanti sera insuffisant à couvrir les besoins minimaux d’une personne?

Question (cours de comptabilité publique) : Puisque le revenu minimum garanti n’est pas universel, mais est offert à n’importe quelle personne sans emploi, quelle est la différence entre cette mesure proposée et les programmes d’aide sociale et de sécurité sociale?

Question (cours de psychologie) : Puisque l’aide sociale le revenu minimum garanti est offert inconditionnellement, on en comprend qu’aucun effort de recherche d’emploi ne sera exigé du ou de la bénéficiaire. Dans la mesure où un revenu de travail viendrait diminuer le montant de ce revenu minimum (voir la première question plus haut), qu’est-ce qui inciterait une personne peu qualifiée à rechercher un emploi?

Advertisements